décembre 11, 2018
Breaking News

Cuisine : Des aliments italiens dans le monde entier.

En 2017, l’Italie a réussi a exporté plus de 41 milliards d’euros de produit alimentaire, un record historique, qui conforte encore une fois de plus la place de la Botte dans la cuisine mondiale ainsi que son rayonnement.

La cuisine italienne va bien. Les exportations de prosciutto, de pâtes, de fromages (comme la mozzarella) et autres aliments typiques italiens, ont connu une hausse de 7%, selon les chiffres de la Coldiretti, qui est le principal syndicat agricole en Italie.
En effet les produits culinaires en provenance d’Italie et qui se sont vendu à l’étranger, représentent 41 milliards d’euros de chiffres d’affaires. Un marché qui voit son acteur principal, l’Europe en tête des achats (⅔ des produit italiens sont acheté par les pays de l’Union européenne. Ces exportations vers les 27 pays ont augmenté d’environ 5% par rapport à l’année dernière.

Un boom en Russie

L’Allemagne, reste le premier importateur de produit Italien, avec plus 1% en 2017, l’Hexagone la suit de prés, avec plus 7%, et est suivie par les Etats-Unis, qui enregistrent un boom de 6% par rapport a l’année précédente. Mais ces trois pays ont toujours été des grands adeptes de l’exportation de produit alimentaire italiens.
Ce qui n’était pas le cas pour la Chine, le Japon ou encore la Russie, il y a de cela quelques années. Un boom de 17% des commandes a été enregistré pour l’Empire du Milieu. Le Japon lui enregistre une hausse de 39%, alors que la Russie, elle, enregistre plus 31%. Des chiffres tout à fait remarquable, surtout que la Russie avait annoncé un contre-embargo sur une longue liste de produit frais en provenance d’Europe, après l’embargo de l’Union européenne contre Moscou, pour son rôle dans le conflit en Ukraine.

Les produits phares.

Du côté des produits ayant la meilleure cote sur le marché, c’est le vin italien qui a réussi a tirer son épingle du jeu, avec une hausse de 7% sur l’année, soit un chiffre d’affaires de 7 milliards d’euros. Il est talonné par les fruits et légume, qui eux enregistrent une hausse de 2%. Alors que le fromage et la charcuterie, eux, enregistrent une hausse de 9 et 8%, respectivement.

Des chiffres historiques pour l’Italie, mais qui pourraient encore être plus élevé. C’est en tout cas ce qu’estime le président de la Coldiretti, Roberto Moncalvo, qui a pointer du doigt : “La situation sur les marchés internationaux (qui) pourrait encore s’améliorer avec un contrôle plus efficace de “l’agro-piraterie” internationale”.

Cette dernière produit, selon lui, un chiffre d’affaires de 60 milliards d’euros, le tout, en “utilisant abusivement des appellation, couleurs, localité, images et recette qui se réclament de l’Italie, pour des produits n’ayant rien à faire avec la réalité nationale”.

Des problèmes de concurrence déloyale pour l’industrie agroalimentaire italienne, qui doit déjà faire face à sa propre mafia.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *