Sélectionner une page

Pour éviter autant que possible ce type de problème, les réfrigérateurs sans façade ont été inventés. L’air de ces appareils circule dans le compartiment interne de manière forcée grâce à un système de conduits : la réfrigération est plus rapide et la température est uniforme à tous les niveaux. De cette façon, très peu de givre est déposé sur les murs et une épaisse couche de glace ne se forme jamais sur eux, comme cela peut arriver sur les appareils «  »statiques » ». Il n’est donc plus nécessaire d’intervenir pour l’enlever manuellement, mais le dégivrage est entièrement automatique et fonctionne parfaitement grâce à la faible quantité de glace déposée. Dans les réfrigérateurs modernes, la technologie «  »sans givre » » ne peut être appliquée qu’au compartiment congélateur, ou à la fois au congélateur et au réfrigérateur (on les appelle des réfrigérateurs «  »sans givre total » »). Le système sans gel présente donc des avantages pratiques incontestables dans sa gestion. Attention toutefois : la circulation d’air forcée a tendance à réduire le taux d’humidité et les aliments se déshydratent plus rapidement s’ils ne sont pas emballés correctement. Et le cas classique dans lequel les accessoires en plastique avec fermeture hermétique et film transparent sont très utiles. Grâce à ces dispositifs, les aliments sont protégés contre la perte de leur humidité naturelle et sont en même temps stockés à des températures très uniformes et contrôlées.

Fonctionnement ventilé

Cette technologie (indiquée de différentes manières par les différents fabricants) ne s’applique qu’au compartiment de réfrigération et se situe à mi-chemin entre le système statique et l’absence de givre. Un ventilateur généralement placé en haut, juste à proximité du point d’où vient le froid, pousse l’air gelé partout et de haut en bas, de sorte que la température est maintenue homogène dans les zones ouvertes, alors qu’elle reste différente dans les zones séparées et fermées, comme dans les volets et les tiroirs. De cette façon, le niveau d’humidité est maintenu à un niveau plus élevé qu’en l’absence de gel, car l’air qui circule à l’intérieur des compartiments de réfrigération est toujours le même et ne subit pas de changements de température. À tel point que, en cas de manque d’électricité, le froid interne dure plus longtemps que dans les réfrigérateurs statiques ou sans givre ; et la capacité interne, pour une même taille de réfrigérateur, est plus importante à la fois en raison du moindre besoin d’isolation (c’est pourquoi ces appareils consomment souvent moins) et de l’absence de conduits à l’intérieur des murs.

Sur la fiche technique, il est presque possible de vérifier également les heures d' » »autonomie » » sans courant de l’appareil : c’est-à-dire la durée de conservation du froid à l’intérieur du réfrigérateur en cas de panne de courant.

Qu’est-ce qui a changé avec l’électronique ?

La dernière génération de réfrigérateurs est en grande partie électronique. Pour la régulation de la température, au lieu du thermostat traditionnel, ils disposent de capteurs thermiques qui contrôlent le microclimat du réfrigérateur et du congélateur.

Lorsqu’il y a un changement par rapport à la température de consigne, celui-ci est immédiatement détecté par les capteurs et le fonctionnement du compresseur est ajusté en conséquence pour rétablir des conditions optimales. Dans certains modèles autonomes, une interface numérique – généralement un écran tactile sur la porte extérieure – permet de contrôler les fonctions et les degrés internes, le tout sans ouvrir la porte.

De nombreux modèles de congélateurs ont maintenant une capacité nette (c’est-à-dire utile) très élevée, même au-delà de 500 litres. Ils conviennent donc à ceux qui stockent de grandes quantités de nourriture, avec la possibilité d’économiser sur le prix des achats.