Sélectionner une page

Les onduleurs auto-commutés déterminent eux-mêmes la phase (c’est-à-dire les moments exacts des maxima et minima de tension) de la tension alternative générée. Ils sont adaptés à la construction de réseaux insulaires. Par exemple, dans une maison de vacances non raccordée au réseau public, un onduleur peut produire la tension alternative requise pour divers appareils électriques en utilisant l’énergie d’une batterie.les femmes Un onduleur auto-commuté est également nécessaire dans une alimentation de secours par batterie.
Les onduleurs à commande externe peuvent alimenter en énergie électrique un réseau de distribution existant. Ils sont basés sur la phase déterminée par le réseau, c’est-à-dire qu’ils fonctionnent de manière synchrone avec le réseau. Ces onduleurs sont nécessaires, par exemple, pour alimenter le réseau public en énergie provenant d’un système photovoltaïque (qui fournit une tension continue). Une éolienne a également besoin d’un onduleur si le générateur n’est pas (comme d’habitude) synchrone avec le réseau, et elles sont utilisées pour la récupération de l’énergie de freinage (récupération) dans les locomotives électriques. Une autre application est celle des convertisseurs de fréquence, dans lesquels une tension alternative est d’abord redressée, puis un onduleur est mis en marche. Cela permet de coupler des réseaux de tension alternative qui ne fonctionnent pas de manière synchrone ou même qui ont des fréquences différentes.

Onduleurs monophasés et multiphasés (suite …)

Les onduleurs de haute qualité, qui sont utilisés par exemple dans les systèmes photovoltaïques (onduleurs solaires), peuvent atteindre un rendement très élevé de plus de 98 %, du moins dans une certaine gamme de puissances. À très faible puissance (par exemple par temps nuageux), le rendement peut baisser considérablement. Les onduleurs solaires modernes sont optimisés pour fonctionner très efficacement sur une large gamme de puissance. Pour mesurer leur efficacité, on utilise le « rendement européen », qui est une valeur moyenne pondérée pour différentes charges (5, 10, 20, 30, 50 et 100 %) (avec une pondération particulièrement forte de 50 % de la charge) et qui permet d’évaluer beaucoup mieux l’efficacité de l’appareil dans la pratique que le rendement maximal.